Les Pouilles en 5 jours

La région des Pouilles, située dans le talon de l’Italie, est pleine de charme. Entre ses jolies villes aux façades blanches ; ses trulli, des maisons de pierre couvertes de chaux et au toit conique, typiques de cette région ; les champs d’oliviers à perte de vue ; et la côte aux eaux cristallines ; Les Pouilles ont de quoi vous séduire. La découverte de cette région se fait en douceur, il faut prendre le temps de flâner de village en village, de déambuler de ruelles en ruelles… Suivez-nous et laissez-vous porter par ces 5 jours dans cette belle région d’Italie.


Ostuni

Arrivées en fin de matinée à l’aéroport de Brindisi, nous avons démarré notre découverte des Pouilles par la ville d’Ostuni. 
Perchée au sommet d’une colline, Ostuni, « la ville blanche » domine les champs d’oliviers et la mer. Les façades d’un blanc immaculé, les maisons adossées les unes aux autres et reliées entre elles par des arcades et escaliers, donnent à Ostuni un charme indéniable et des allures de ville grecque. La ville se découvre à pied, on grimpe, on descend, on se perd dans ce dédale de ruelles blanches si photogéniques. Sorti de la rue principale, on se retrouve vite seul dans ce labyrinthe de ruelles pour profiter au mieux de la sérénité des lieux.

La Piazza della libertà, la place centrale d’Ostuni est beaucoup plus vivante que le reste du centre historique. Bordée d’élégants édifices, cette place concentre de nombreux bars et restaurants.

Locorotondo

Locorotondo a été mon coup de cœur des Pouilles. On y retrouve tout le charme de l’Italie du Sud : un dédale de petites ruelles, des façades d’un blanc éclatant habillées de multiples plantes, des balcons en fer forgé, le linge qui sèche aux fenêtres et des églises.

Nous y sommes allées au petit matin, lorsque les ruelles sont encore désertes et quel bonheur de se perdre dans ce labyrinthe de ruelles avec en prime le calme des lieux.

Alberobello

Alberobello est certainement le village le plus connu et un incontournable des Pouilles. Constitué de centaines de trulli, les maisons typiques des Pouilles, elle ne ressemble à aucune autre ville. Classée au patrimoine mondial de l’Unesco, Alberobello est très touristique, mais elle a tout de même gardé son cachet typique. Flâner au milieu des trulli, c’est s’attendre à tout moment à apercevoir un petit lutin en sortir … Alberobello à ce côté féérique qui lui est propre.

Les trulli d’Alberobello sont classés en deux quartiers : le Rione Monti, où se trouve la plus grande concentration de trulli (plus de 1000) et le Rione Aia Piccola, plus petit ( environ 400 trulli). Ce dernier est moins touristique que le Rione Monti, donc plus authentique. Au Rione Monti, on trouve surtout des boutiques de souvenirs, moins charmant !

Sur la Piazza del Popolo vous trouverez LE belvédère qui vous permettra d’avoir une vue d’ensemble sur ces charmants toits coniques.

Prenez le temps de déambuler de ruelles en ruelles pour profitez de l’atmosphère animée, paisible et hors du temps d’Alberobello.

  • Une petit creux : le glacier Arte Fredda (47 Largo Martellotta) propose des glaces artisanales dont les goûts changent en fonction des saisons. 
  • Une grosse faim : le restaurant Trullo dei Sapori (3 Piazza Curri, en dehors de la zone des trulli) propose des plats typiques au très bon rapport qualité-prix. 

Matera

Matera ne se situe pas exactement dans les Pouilles mais dans la région du Basilicate. Elle est célèbre pour ses sassi, un ensemble d’habitations troglodytes sculptées à flanc de montagne. Il faut se perdre dans ses ruelles, emprunter les nombreux escaliers pour s’imprégner de l’ambiance si particulière qui règne à Matera. Nous y étions en fin de journée, le soleil couchant rendait les lieux encore plus mystiques.  

Les sassi sont divisés en deux quartiers, l’un mieux conservé que l’autre. Le Sasso Caveoso (au nord est) est le moins bien entretenu des deux, de nombreux sassi sont abandonnés. Le Sasso Barisano est mieux restauré et plus vivant, c’est dans ce quartier que vous trouverez le plus de bars et restaurants. Dans les deux cas, n’hésitez pas à aller jusqu’aux églises pour avoir un point de vue imprenable sur la vallée de sassi.

Matera est surtout connue pour ses habitations troglodytes mais la ville moderne est aussi très sympa et très vivante.

  • Envie de boire un verre : Vicolo Cieci Salsamenteria ( Via Fiorentini 74, 75100 Matera) : ce bar à vin à la décoration faite de bric et de broc propose du vin et des assiettes de produits régionaux (fromage et charcuterie). Un endroit très sympa pour finir la journée en beauté.  

Gallipoli

Entourée de muraille et surplombant une eau cristalline, Gallipoli mérite un arrêt. Ses ruelles tortueuses bordées de façades colorées, le linge qui sèche au fenêtre, les balcons fleuries, les Vespa… une ambiance typique de l’Italie.

Gallipoli possède également une très belle plage à l’eau transparente, la Spiaggia della Purità, qui se trouve juste derrière la jetée. 

Lecce

Lecce est la ville qui nous a le plus déçues !

Lecce est surtout connue pour son architecture baroque exubérante. Surnommée la Florence du sud (un peu sur-vendue!), son architecture ne nous a pas séduites.  Faute de chance aussi, les nombreux bâtiments à l’architecture baroque étaient tous en rénovation (en septembre 2018), il a donc été très difficile d’apprécier l’architecture si particulière de la cité. Lecce reste une ville charmante, mais ce n’est pas celle qui aura retenu le plus notre attention.

Toujours par manque de chance, nous voulions visiter le cimetière mais celui-ci ferme entre 13h et 17h, et bien entendu c’est à 13h que nous nous y sommes rendues. Pourtant la découverte de celui-ci aurait pu être sympa, car ici c’est la démesure qui prime : très peu de pierres tombales mais plutôt des immenses caveaux familiaux alignés au milieu des cyprès, enfin du peu que l’on a pu voir.

La découverte de Lecce nous a laissées sur notre faim, un peu déçues. 

  • Une grosse faim : La Vecchia Osteria (3 via Dasumno, fermé le lundi). Un restaurant un peu à l’écart de la ville qui propose des plats typiques (les liguine aux cèpes sont délicieuses). 

Les plages de Punto Prosciutto et Torre del’Orso

Notre découverte des Pouilles a également été ponctuée par quelques arrêts farniente :

  • La plage de Punta Prosciutto (au sud de Gallipoli) : une très belle et longue plage de sable avec en prime une eau cristalline magnifique propice à la baignade. 
  • Torre dell’ Orso (au nord est de Lecce) : une plage plus petite, en forme de croissant, au pied de la ville, bordée d’une eau transparente. Elle est surtout connue pour les Due Sorelle, deux rochers plantés au milieu de la mer. Un sentier, plutôt agréable,  permet de longer le piton rocheux pour accéder aux points de vues sur cette curiosité. A Torre dell’Orso, arrêtez-vous à la Gelateria Pasticceria Dentoni, une institution locale, qui sert des glaces et des pâtisseries locales dont le pasticcioto (un gâteau fourré de crème que je vous recommande).

Polignano a Mare

Polignano a Mare est l’autre carte postale des Pouilles. Perchée sur une falaise, entourée d’une mer bleu azure, Polignano a Mare est surement la ville la plus attirante des Pouilles. Grâce à ses belvédères disséminés dans la ville, Polignano offre de très belles vues sur la mer.

Polignano a Mare a également un très joli centre ville. Un labyrinthe de petites ruelles, aux petites boutiques attrayantes, ponctué de vues imprenables sur la mer. 

A ne pas manquer, l’incontournable anse Cala Porto accessible depuis le ponte Lama Monachile. Cette crique au pied du village est l’endroit idéal pour une petite pause baignade ou tout simplement pour contempler Polignano.

Monopoli

Monopoli est la ville la plus vivante de toutes celles que nous avons visité. On y retrouve de nombreux bars, restaurants, boutiques qui font toute l’activité de Monopoli. Ses ruelles tortueuses ont également beaucoup de charme et on y retrouve l’ambiance détendue du sud de l’Italie. Partez également à la découverte de son petit port, assez mignon avec ses petites barques bleues.

  • Une grosse faim : Il Guazzetto (39/41 via dell’Erba), le meilleur restaurant que nous avons pu tester dans les Pouilles. Ne prêtez pas attention à la déco un peu kitsch car la cuisine est excellente. Je vous conseille vraiment le plateau de poissons grillés, un régal ! Si vous êtes amateur de vin, vous trouverez également votre bonheur.     

Vous l’aurez compris, Les Pouilles sont une succession de villages bourrés de charme. Il faut flâner de village en village, se perdre dans les labyrinthes de ruelles, prendre le temps… pour profiter au mieux de tout ce que cette région a à nous offrir. 

Les conseils du blog :

  • Nous avons loué un superbe logement à Castellana Grotte, il s’agit d’un groupement de 5 logements dont 3 trulli avec un jardin arboré, une piscine et en prime un super accueil. Je vous le recommande vraiment. Lien du Airbnb ICI (si il s’agit de votre première inscription sur Airbnb, en passant par ce lien, vous gagnerez 25€ sur votre réservation). 
  • A la différence de nous, je vous conseille de prévoir deux points de chute : prévoir un logement dans le nord des Pouilles puis un autre dans le sud pour éviter quelques heures de route. 
  • La découverte des Pouilles nécessite une voiture. Nous avons loué la notre chez Europcar, un peu plus chère que ses concurrents locaux mais je privilégie toujours les loueurs internationaux (possibilité d’avoir un service client français, moins d’arnaques, …). L’avantage de cette région est qu’il n’y a pas d’autoroute, tout se fait sur des voies rapides. 
  • Attention de nombreux endroits sont fermés entre 14h et 17h, l’heure de la sieste c’est sacré en Italie. 
  • Vous pouvez facilement manger pour une dizaine d’euros. Une grosse assiette de pâtes ou une pizza coûte environ 8€. Attention le service n’est pas compris dans le prix du menu, rajoutez à peu près deux euros par personne sur la note totale. 
  • Billet Genève – Brindisi : 45€ aller/retour fin septembre. Pour info, un billet de transport public tout Genève est offert à l’arrivée des voyageurs. La borne se situe aux arrivées bagages et le ticket est valable 80 min. 
  • Comme dans beaucoup d’endroit, je vous déconseille les Pouilles aux mois d’août et juillet (conseil d’un apulien rencontré dans l’avion). 
  • Nous avons fait le choix de ne visiter ni Brindisi, ni Bari qui pourront faire l’objet d’un weekend. 

Laisser un commentaire