Le Panama

Le Panama, mondialement connu pour son canal, mais pays dont on a souvent des difficultés à situer sur une carte, a pourtant de nombreux atouts. Outre son canal, ce pays d’Amérique centrale offre des plages de rêves, une forêt tropicale dense et une capitale qui n’a rien à envier aux grandes villes américaines… Suivez-nous pour 9 jours au Panama.

 

 

  • Les San Blas, deux jours coupés du monde

Les San Blas

Imaginez de minuscules îlots de sable blanc, entourés d’un récif d’eau turquoise et de quelques cocotiers… Vous y êtes, vous êtes aux San Blas. Les San Blas sont un archipel de 365 îles, situés dans la Mer des Caraïbes, dont seulement une cinquantaine sont habitées par les Indiens Kuna. Les Kuna exercent un plein contrôle sur les îles et les protègent contre le tourisme de masse ; ils ont leur propre langue, traditions et culture.

Nous avions réservé notre séjour sur l’île de Chichime. L’une des îles les plus lointaines et l’une des plus grandes. Il nous a fallu environ 45 minutes de lancha depuis le port (après bien 4h de montagne russe en taxi collectif) pour arriver jusque notre île.

Notre arrivée s’est faite par l’accueil des Kuna et l’installation dans notre cabane en bois située à quelques mètres de la mer. Le confort de la cabane et du couchage est très modeste, mais la vue depuis la fenêtre de notre cahute et le bruit des vagues qui nous bercent avant de dormir nous font vite oublier ce confort sommaire.

Outre le confort sommaire des cabanes, la douche et les sanitaires sont également très rudimentaires et bien entendu pas d’accès au wifi. Mais c’était le but de ces deux jour, être réellement coupé du monde et profiter de l’instant présent.

En revanche, pas besoin de se préoccuper des repas, ils sont compris dans la réservation. Vous aurez ainsi droit aux queues de langouste fraiches ou aux langoustines accompagnées de riz et de légumes (le petit déjeuner et aussi plutôt copieux).

Le tour de notre île se fait en moins de 20 minutes à pied. Un cadre idéal pour la farniente ! Se détendre et profiter sont les maîtres mots de ce séjour. En se promenant un peu sur l’île, vous trouverez de nombreuses petites plages avec absolument personne.

Il est également possible de faire une excursion dans l’après-midi (compris dans la réservation). Normalement, nous avions prévu de nous rendre sur un site de snorkeling, mais le courant était trop fort et nous avons dû changer nos plans. Nous sommes donc allées dans une immense piscine naturelle. D’une profondeur de quelques centimètres et de l’eau à perte de vue, ce site est vraiment superbe. Ensuite, nous nous sommes dirigées vers une autre île, qui faisait un peu plus île à touristes. En effet, de nombreux bateaux sont arrêtés et des petits magasins, tenus par les Kuna, vendent leurs créations. Par contre sur l’autre partie de l’île on a quand même pu voir quelques étoiles de mer.

Puis retour sur notre île pour de nouveaux moments de détente et baignade. Des vacances simples et reposantes.

La petite déception : les îles sont jonchées de déchets, quel dommage. Déchets ramenés par la mer ou déchets de la vie quotidienne, on en retrouve de partout sur l’île, et malheureusement ils gâchent ce petit coin de paradis.

Aller aux San Blas :

  • Nous sommes allées sur l’île de Chichime, l’une des îles les plus éloignées et l’une des plus grandes (20 min. pour en faire le tour). Nous avons réservé via Airbnb. Le prix comprend le couchage, les 3 repas et une excursion.
  • Le transport jusqu’au port des San Blas : nous sommes passées par Eco Trip San Blas (mail : hola@ecotripsanblas.com). Le trajet se fait en taxi collectif (un 4×4) et coûte 45$ aller-retour. Le taxi vient vous chercher à votre hôtel aux alentours de 5h30 et un arrêt est prévu pour acheter de l’eau et des petites choses à grignoter. En effet, sur les îles l’eau et les denrées alimentaires sont très chères, il est donc conseillé de venir avec. Je ne vous conseille pas vraiment ce transporteur. Nous sommes bien arrivées au bout mais avec beaucoup de difficultés (aucune communication avec le chauffeur, on a eu un arrêt de plus d’1h30 pour changer de voiture afin de passer la douane du parc des San Blas, on a attendu 1h au port pour le retour ….)
  • Il faut payer une taxe de 20$ pour entrer dans le parc des San Blas et 2$ au port.
  • Le trajet en lancha du port jusqu’a l’île nous coûte 30$ aller-retour
  • Il est possible de laisser ses bagages dans la plupart des hôtels. En effet les îles et les transports ne sont vraiment pas adaptés pour le transport des grosses valises, privilégiez donc le sac à dos.

 

  • Panama city

Bouillonnante, effervescente, Panama City est une capitale pleine de contraste. Entre son quartier d’affaire avec ses grandes tours et son vieux quartier colonial plein de charme, Panama City a de quoi surprendre.

Panama City ressemble beaucoup aux grandes villes américaines tel que Miami. Des gratte-ciels à perte de vue, une circulation infernale et l’océan à proximité. La promenade en bord de mer, la Cinta Costera, est d’ailleurs aménagée pour les piétons, les vélos et pour les sportifs (quelques appareils de sport y sont installés). Elle permet de se rendre au Casco Viejo à pied tout en longeant l’océan d’un côté et les gratte-ciels de l’autre.

Pour ma part, ces quartiers hyper modernes ne sont pas ma tasse de thé, c’est à voir au moins une fois, mais je n’en ferais pas une destination incontournable de mes prochains voyages. J’ai beaucoup plus apprécié le vieux quartier colonial …

 

  • Casco Viejo

Le Casco Viejo est le centre historique de la capitale classé à l’Unesco. On y retrouve des architectures diverses mêlant un style colonial espagnol, influences françaises et américaines. Le quartier a été laissé à l’abandon pendant de nombreuses années mais il est actuellement en cour de rénovation. Il est donc un mélange d’édifices colorés restaurés et de bâtiments en ruines. Le quartier est très éclectique, mélangeant hôtel chic et bâtiment délabrés, tourisme et vie populaire. 

J’ai adoré ce quartier, il est très charmant et garde une certaine tranquillité. Il est hors du temps, loin de l’agitation du centre moderne. Le Casco Viejo offre également de nombreux points de vue sur la skyline de la capitale. Le contraste est saisissant entre l’effervescence de la capitale moderne et la quiétude de ce quartier.

On y trouve également de nombreuses boutiques de souvenirs dont des boutiques de chapeaux (attention de nombreux chapeaux Panama sont made in china).

 

  • Le nouvel an à Panama City

Le quartier du Casco Viejo est le quartier le plus animé pendant le nouvel an. Mais ne vous attendez pas à une ambiance survoltée, la ville reste tout de même assez calme pour cette fête de fin d’année. Au moment du passage à la nouvelle année, de nombreux feux d’artifices sont tout de même tirés tout le long de la baie de Panama City. Le premier commence aux alentours de 23h45 et se termine 1h plus tard. 

De notre côté, nous avons diné à l’Hôtel Villa Palma (calle Primera, San Felipe, Panama) sur son rooftop avec vue sur Panama City. Les plats sont corrects mais un peu plus chère que la moyenne (concrètement on paie la vue). Mais l’ambiance était sympa, musique locale mais pas assourdissante, et la vue vraiment très très agréable.

Quelques soirées sont organisées dans des bars dansants mais il faut réserver (on s’est fait avoir !!!).

 

  • Un petit creux :

  • glacier Granclement (Av. Central, entre calle 3era y 4ta, Casco Viejo). De bonnes glaces artisanales.
  • La Casa Sucre pour des boissons chaudes (Calle 8 y Ave. B Panamá Panama, Avenida Domingo Díaz, Casco Viejo).

 

  • Une grosse faim :

  • Café Coca Cola, le plus vieux bar/restaurant de Panama (Av Central, Casco Viejo). Des plats typiques et pas chères.
  • Le Nazca pour une très bonne cuisine péruvienne (Calle 8a Este, Casco Viejo)
  • Restaurant Le Siete Mares (Calle Guatemala, El Cangrejo, Bella Vista, El Cangrejo, Panama City Beach, Panama). Un restaurant de fruits de mer et poissons, assez chic, mais avec des prix abordables et une cuisine raffinée.

Les panaméens ne mangent vraiment pas tard, aux alentours de 19h. Et si vous avez tendance à manger tard, les serveurs vont presseront pour que vous terminiez rapidement votre repas.

 

  • Le canal de Panama

Incontournable de tout voyage au Panama, le canal est une merveille d’ingénierie. Il s’étend sur 80 km entre la capitale, sur la côte Pacifique, et Colón, sur l’Atlantique. Plus de 12 000 bateaux l’empruntent chaque année.

Pour découvrir plus en détail le fonctionnement du canal, nous nous sommes rendues aux écluses de Miraflores. Il est conseillé de venir dans l’après-midi pour avoir plus de chance de voir un gros bateau passer les écluses.

C’est très impressionnant de voir ces énormes navires passer avec minutie dans les écluses. Ces monstres des mers passent littéralement au millimètre près, tirés par deux machines sur rails qui assurent la trajectoire. Un site étonnant et impressionnant.

Les écluses de Miraflores : 15$ l’entrée, donne accès aux écluses ainsi qu’à un musée retraçant l’histoire du canal et le fonctionnement des écluses.

 

  • Parc de Soberania

Le parc national de Soberania est une véritable forêt tropicale à seulement 45 minutes de la capitale. Il est possible de faire de nombreuses randonnées au sein du parc. Nous étions parties pour faire le Camino de Plantacion, une randonnée de 6,5 km. Malheureusement on a jamais trouvé l’entrée. Du coup on s’est rabattue sur deux autres sentiers, le Sendero Espiritu Del Bosque (1,7 km) et le Sendero Natural El Charco (0,8km). Le premier permet véritablement de se promener au milieu de la jungle, dans une végétation luxuriante et sans aucune difficulté. Le deuxième débouche sur un petit bassin et emprunte des ponts suspendus (certains ponts sont démolis mais il est quand même possible de passer).

le Sendero Natural El Charco

On s’est rendue compte par la suite, qu’en réalité chaque sentier à son entrée :

  • l’entrée du Sendero Espiritu Del Bosque se trouve au niveau de la cabane gouvernementale (au tout début du parc)
  • les entrées du Camino de Plantacion et du Sendero Natural El Charco se trouvent le long de la route après le zoo.

Pour s’y rendre : prendre le bus direction Gamboa et demandez au chauffeur de vous déposer au zoo (et non à l’entrée du parc au niveau de la cabane gouvernementale) et ensuite marchez le long de la route en direction de Gamboa jusqu’à atteindre l’entrée du sentier voulu. 

Le parc de la Soberania est normalement payant (5 dollars) mais aucun employé n’était présent aux différents points d’accueil, donc pour nous se fût gratuit !

 

  • Parc Naturel Métropolitain

Ce parc est un véritable écrin de verdure à deux pas de la capitale (10 min). La végétation est beaucoup moins luxuriante qu’au parc de Soberania et il est beaucoup plus façonné par l’homme (les sentiers sont bien dessinés, il y a des bancs, etc…). Mais il n’en reste pas moins un lieu sympa pour une balade et avec un peu de chance, vous pourrez observer quelques animaux. De notre côté, nous avons pu voir deux paresseux à l’entrée du parc. Pour faire le tour du parc (depuis l’entrée au centre des visiteurs) prévoyez environ 2h, et vos efforts seront récompensés par une vue imprenable sur Panama City depuis le mirador.

Mirador depuis le Parc Metropolitain

L’entrée est à 4$, elle finance la fondation qui entretient le parc et propose des programmes d’éducation à l’environnement. Il est également possible de prendre un guide sur réservation. Il est conseillé d’y aller tôt le matin pour observer plus d’animaux. Ne pas se fier aux durées indiquées à l’entrée du parc qui sont exagérées. Les sentiers sont très bien balisés et accessibles à tous.

  • La Vallée de Anton

La Vallée de Anton est nichée dans le cratère d’un volcan. Connue pour être le point de départ de nombreuses randonnées, dont la plus célèbre est la India Dormida, c’était le but de notre venue. Malheureusement le temps ne nous a pas permis de faire cette randonnée, il a plu toute la journée. Nous nous sommes donc rabattues sur le El Valle Panama Hot Springs pour un petit moment détente dans un cadre enchanteur. Il s’agit en fait d’un « spa » au milieu de la végétation. Il y a tout un rituel à suivre : masque de boue, bassin pour tremper les jambes en attendant que le masque sèche, douche, et piscine dans une eau naturellement chaude. Le moment est plutôt insolite et sympa. L’entrée est au prix de 4$ (des vestiaires et douches sont prévus).
Vous trouverez également à El Vallé d’Anton un petit marché de fruits et légumes et de souvenirs.

C’est notre regret de notre voyage au Panama, la randonnée promettait de très beaux points de vue sur tout la vallée, tant pis ! Le petit moment détente au milieu de la jungle était quand même bien sympathique.

 

  • Les Diablo Rojo

Les bus panaméens, les diablo rojo, une aventure à eux seuls. Ces vieux bus ressemblant énormément aux bus scolaires américains, sont monnaie courante à Panama City. Vous ne pourrez pas les louper. Avec leurs couleurs flamboyantes, leurs klaxons assourdissants et la fumée noire qu’ils dégagent, ils ne passent pas inaperçus dans les rues de la capitale. Et le voyage à l’intérieur de ceux-ci ne s’oublie pas non plus. Musique assourdissante, sièges complètement éventrés, visibilité du chauffeur très amoindrie, le trajet est une aventure mais il est à faire.

 

  • Se déplacer depuis Panama City : Albrook Bus Terminal

C’est au Albrook bus terminal que vous trouverez tous les bus à destination du Panama. Pour accéder aux différents bus il faut acheter un Rapid Pass à 3$ (pas besoin d’en avoir un par personne, un seul suffit pour tout le groupe).

  • Pour aller à la Vallée de Anton : 4,65$ l’aller (un bus toutes les 30 minutes environ, 2h30 de trajet)
  • Pour aller au Parc de la Soberania : moins d’1$ l’aller (45 min de trajet)

Ne pas hésiter à indiquer au chauffeur l’endroit exact où vous souhaitez aller, il vous déposera juste devant (arrêt prévu ou non). Par contre aucun horaire fixe n’est indiqué ni pour l’aller, ni pour le retour, il faudra parfois prendre votre mal en patiente.

 

  • Les conseils du blog :

  • Notre hôtel : Le Best Western Pus Panama Zen Hotel (réservé sur hotels.com). Un très bon hôtel, avec piscine sur le toit, un personnel très accueillant et situé près d’une rue avec pas mal de restaurants. La location Airbnb est apparemment interdite sur la capitale.
  • Utilisez Uber pour vos déplacements sur la capitale. Très répandu et beaucoup moins chère que les taxis.
  • Langue : Espagnole ; Monnaie : le dollar
  • Attention, en plus des prix affichés, une taxe et les pourboires seront rajoutés à la note finale (par contre je vous avoue qu’on a toujours pas bien compris le pourcentage ajouté à la note).
  • Attention, les panaméens ont tendance à ne pas toujours rendre la monnaie.
  • Aucun problème de sécurité à Panama City, la police est présente de partout. Nous étions trois filles et on a eu vraiment aucun problème.
  • Pensez à prendre un adaptateur
  • Aucun vaccin obligatoire. En revanche le vaccin pour l’hépatite A est fortement recommandé. En fonction des zones où vous séjournez, renseignez-vous sur les vaccins conseillés.
  • Pas de visa nécessaire si vous séjournez moins de 3 mois et votre passeport doit être valable au moins 6 mois après la date de retour.
  • J’avais lu à de nombreuses reprises que lors de son arrivée au Panama, il fallait présenter un billet retour et justifier d’un moyen de paiement (carte de paiement ou au minimum 500$ en liquide). Rien de tout cela nous a été demandé, mais soyez tout de même prévoyant.
  • Billets achetés avec Iberia pour 480€ au départ de Lyon du 26 décembre au 4 janvier (3h d’escale à l’aller et 6h d’escale au retour à Madrid), mais les vols se sont très bien déroulés (11h à l’aller, 10h au retour depuis et vers Madrid).

 

Alors envie d’aller au Panama ?

6 commentaires

  1. Super article! C’est vrai qu’on pense pas toujours au Panama pour les vacances, et pourtant ça a l’air top! Les San Blas… Waouw! et toute cette jungle ça donne envie de partir à l’aventure! Merci pour toutes ces informations!

    1. Il est vrai que l’on pense rarement au Panama est pourtant c’est une destination avec plein d’atouts dont les San Blas, un vrai petit paradis coupé du monde ! 🙂

  2. Merci pour ces infos pratiques. Je souhaiterais savoir si les routes sont bien équipées de panneaix directionnels, je pensais louer une voiture de Panama city à Portebelo et je ne trouve l’info nulle part. Merci

    1. Il me semble que les routes sont assez bien indiquées. Mais n’hésite pas à utiliser l’application Maps.me, c’est un GPS qui ne nécessite pas de connexion (il suffit juste de télécharger la carte du pays avant) et qui fonctionne très bien. Testé et approuvé ;-).
      Par contre attention ! La conduite au Panama est, comment dire, très très sportive !! Nous avons eu quelques belles frayeurs rien que dans les bus locaux.

Laisser un commentaire